L'histoire de la tournée "Bacon"

1982 a été une année très difficile pour Offenbach. Elle a commencé avec le grand sucess du disque «Coup de Foudre» et la tournée «Québec Rock» avec nos invités Garolou, Zachary Richard et Joe Cocker, et ce fut la deuxième fois en 2 ans que nous avons joué au Forum de Montréal (un spectacle à guichets fermés). Mais en Septembre tout a changé. Le fond est tombé. 

La maison de disques en France, qui nous devait pour les albums «Traversion», «En Fusion» et «Rock Bottom» a fait faillite sans nous payer nos redevances. Bob Harrisson a décidé de quitter le groupe et de commencer une carrière en tant que Bluesman et joueur de guitare nous laissant payer tous ses frais médicaux en France et sans batteur. De plus, comme si cela ne suffisait pas, nous sommes arrivés à la conclusion que nous étions volés par nos gérants. Ce fut le début d'une très longue et coûteuse poursuite contre les personnes auquelles nous avons tous fait confiance. Les choses ne semblaient pas bien aller. 

Où commencer? 
Avons-nous même la volonté de continuer? 
Comment pourrons-nous jamais faire confiance à nouveau à quelqu'un? 
Es-ce-que tout notre dur travail jusqu'à ce point avait été pour rien? 

Ces questions ont pesé très lourdement sur nous tous. Notre compagnie Offenbach Inc. qui a été formé en 1980 semblait l se dirigeait vers la faillite et, encore à chaque fois que nous avons ouvert la radio on entendait des chansons d'Offenbach jouer. «Rock de V'lours», «Deux Autres Bieres», «Ayoye», «Je Chante Comme Un Coyote», «Caline de Blues», «Mes Blues Passent Pu Dans Porte», «Promenade Sur Mars», «Quand Les Hommes Vivront d'Amour», «J'ai l'Rock n Roll Pis Toé»... C'était ridicule... mais... c'était la réalité. 

Nous avons décidé d'avoir une réunion de groupe chez Gerry Boulet pour discuter de notre avenir .... et s'il y avait un. Gerry, Johnny, Breen et moi-même (les quatre actionnaires) se sont réunis pour essayer de trouver avec un plan d'action pour passer à travers ce qui commençait à ressembler à un hiver long et dur. 
Premières choses d'abord. 

Nous avions besoin d'un batteur. Breen et moi nous espérions secrètement de pouvoir être en mesure d'attirer Jerry Mercer de April Wine. Ça avait été tellement amusant de travailler avec lui 1980 lorque nous étions en France. L'album de April Wine «Nature of the Beast» était un succès international et les chances que cela se produise étaient très minces. Breen et moi avaient suggéré d'appeler "Wezo". Nous avions jamais travaillé avec lui, mais il semblait solide et j'aimais son "look". Gerry est devenu rouge dans le visage et a dit qu'il n'allait jamais travailler avec lui. Nous avons laissé tomber cette idée très vite! Nous avons essayé de persuader Denis Farmer de Diane Dufresne et Fiory/Séguin mais nous avons eu aucune chance avec ça. Pierre Ringuette, qui a fait un excellent travail sur «Traversion» avait ouvert un restaurant à Lac Mégantic et était le maître Chef. Il a renoncé à la vie sur la route. Marty Simon voulait 1000$ US par spectacle à un moment où les prix des billets étaient de 5$ chaque. CELA n'allait pas arriver. 

Nous avons décidé de faire circuler le mot et de faire des auditions dans notre local de répétition. Problème suivant. Comment roder un nouveau batteur? Nous avons eu 9 disques a ce moment et nous avions joué le Forum deux fois en 3 ans. Nous ne voulions pas passer 6 mois dans le local de pratique et nous avions besoin de mettre un peu d'argent dans la banque ou nous aurions jamais pu survivre à travers l'hiver. L'idée de trouver des jobs de jour n'était jamais en considération. Nous allions réussir ensemble ou mourir en essayant. 

À qui pouvons-nous faire confiance en tant que gérant et ''booker''? Nos derniers se sont avérées des escrocs. Une fois mordu, deux fois timide. 

Au milieu de ce qui commençait à ressembler à une situation désespérée, le téléphone a sonné à la table de la cuisine où nous étions assis. Nous sommes tous silencieux alors que Gerry a pris l'appel. Nous pouvons l'entendre sur la ligne, une conversation à sens unique disant «Non, nous ne faisons pas plus... nous avons joué le Forum deux fois, nous ne pouvons pas le faire... (un petit rire)... Non, non, oubliez ça... ON NE FAIT PLUS ça!!!». Puis il a raccroché. 

Quand il a raccroché téléphone Breen lui a demandé: «C'était à proposde quoi tout ça?» . Gerry dit: «Oh, c'est un gars à Trois Pistoles qui voulait qu'on allie jouer dans sa taverne... Je lui ai dit de l'oublier et que nous ne faisons plus cela». Une petite lumière c'est allumée au dessus de nos têtes. Johnny, Breen et moi se regardèrent et on dit: «Obtient-tu beaucoup de ces appels Gerry?» Il a dit «Oh ouais, plusieurs fois par semaine». 

«C'est ça!!» nous avons crié. Réservons une série de clubs à l'extérieur de Montréal, aloons jouer toutes les petites villes que les gens ne nous attendent pas à jouer, faire comme les Rolling Stones au El Moccombo à Toronto et jouer aux petites foules de gens de dans un contexte proche et intime! Cela pourrait être amusant! Nous pourrons faire cela pour un couple de mois et nous allons roder le nouveau batteur et devenir ''tight''. Nous pouvons réserver nous-mêmes afin qu'il n'y a pas de frais d'agent de gérance et de réservation. On n'aura ni besoin d'un énorme système de son et d'éclairage, ni d'autobus de tournée ou de gros camions ou une grande équipe. Nous allons faire un peu d'argent pour que nous puissions mettre un peu à la banque et de passer l'hiver... c'est PARFAIT! 

Gerry nous regarda et dit: «Peut-être que nous pouvons mettre un peu de ''bacon'' sur la table après tout!» 
Nous l'avons appelé "La Tournée Bacon" . 
La première tournée avec notre nouveau batteur Pat Martel. 
Bienvenue dans la cour des grands!

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire